Jazz et Littérature

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Jazz et Littérature

Message  sisyphe le Mer 18 Juil - 18:42

Dans ce roman qui n'est pas une autobiographie Daniel Filipacchi nous parle également de Count Basie, Tony Bennett Barney Bigard, Art Blakey, Clifford Brown...Henri Crolla, Liles Davis et "Ascenseur pour l'échafaud" Roy Eldridge...Freddie Green, Gus Viseur, Billie Holiday...
Un bon moment de lecture pour ceux qui aiment le jazz, le surréalisme...

sisyphe

Messages : 175
Date d'inscription : 31/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jazz et Littérature

Message  sisyphe le Mar 24 Juil - 16:15

Bernard Pivot dans son livre "Les mots de ma vie" sous la rubrique "Mélancolie" ( après avoir souligné que "la mélancolie est à la fois le nom d'une dépression et le nom de son antipresseur"):

" Le jazz est la musique de la mélancolie. Le flamenco est trop sonore, le fado trop sombre, le tango trop agité. De la musique nègre monte une douleur sereine, une plainte allègre. Dans Magie noire Paul Morand évoquait "cette impérieuse mélancolie qui sort des saxophones". Des trompettes aussi. Des clarinettes et même des banjos. Le blues est si magnétique qu'à la longue il nous arrache au blues, comme les choeurs des négro-spirituals nous arrachent aus souffrance de la terre."

sisyphe

Messages : 175
Date d'inscription : 31/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jazz et Littérature

Message  sisyphe le Ven 24 Aoû - 20:44

" En levant le petit saphir et en le reposant un nombre infini de fois, je passais au crible de mes souvenirs Dinah Washington, Fats waller, Ella Fitzgerald, Michel Legrand, Peggy Lee, Billie Holiday, Frank Sinatra, Sarah Vaughan, Shirley Bassey, Ray Charles, Stan Getz, Joao Gilberto, Lalo Schifrin, Miles davis, Dee Dee Bridgewater et beaucoup d'autres dont je ne me souviens plus. J'ai gardé de mes parents et de leurs amis ce goût pour la musique. Je leur dois probablement une prédilection pour le jazz qui ne m'a plus quitté. Depuis, j'ai retrouvé par hasard et racheté, un grand nombre de ces albums. Quarante ans après, le pouvoir que certains exercent sur moi ne semble pas avoir flèchi. Lorsque j'écoute Agua de beber de Astrud Gilberto ou Is That All There Is? de Peggy Lee l'image du petit salon et l'odeur de la petite commode rejaillissent dans ma mémoire..."
Denis Westhoff dans "Sagan et fils" chez Stock.

sisyphe

Messages : 175
Date d'inscription : 31/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jazz et Littérature

Message  sisyphe le Dim 26 Aoû - 21:39

http://www.la-pleiade.fr/La-vie-de-la-Pleiade/Les-aventures-du-texte/F.-Scott-Fitzgerald-Echos-de-l-age-du-jazz

sisyphe

Messages : 175
Date d'inscription : 31/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jazz et Littérature

Message  sisyphe le Jeu 14 Mar - 11:54


Emmet Ray n'a pas existé, mais il aurait pu...


Introduction


Ira Gittler, historien du jazz, coauteur avec Leonard Feather de "The Biographical Encyclopedia of Jazz" (Oxford Press) revient sur la stature d'anti-héros de "Accords et désaccords" de Woody Allen.



Article





Ceux qui s’intéressent à l’histoire du jazz savent qu’Emmet Ray n’a pas existé. Mais il aurait pu exister. Il ressemble en effet à de nombreux musiciens de jazz que j’ai connus dans les années quarante. Pour excentrique que soit son comportement, il s’inscrit bien dans les mœurs de son temps et de son milieu. Au début du film, on le voit ainsi encaisser les recettes de deux prostituées, qu’il «cornaque» sans état d’âme. Cette pratique n’était pas inconnue dans les cercles jazzistiques, où Buddy Holden et Jelly Roll Morton l’introduisirent.

A Chicago, j’ai rencontré à la fin des années quarante plusieurs musiciens locaux qui se disaient également des «managers», appellation qu’Emmet préfère, lui aussi, à celle de maquereau. A l’instar de nombreuses légendes du jazz, Emmet est un anti-héros, mais son superbe jeu de guitare (doublé par le brillant Howard Alden) rachète tous ses péchés.

Emmet est aussi un grand voyageur qui sillonne l’Amérique et se produit régulièrement en Europe. Ce guitariste imaginaire vit à une époque où les jazzmen traversaient sans relâche le pays, initiant à leur musique un public qui n’avait pas les moyens de se payer une radio et des disques. Cet art spécifiquement américain se répandit aussi sur le Vieux Continent dans les années vingt et trente. Il n’est que de rappeler les tournées européennes de Louis Armstrong en 1932 et de Duke Ellington en 1933.

Ces géants inspirèrent des musiciens étrangers aux talents incontestables, dont un seul exerça une influence majeure sur le jazz américain : le guitariste Django Reinhardt. A Paris, Django et Stéphane Grappelli fondèrent le Quintette du Hot Club de France en 1934. Django Reinhardt amena au jazz américain son romantisme gitan aux saveurs douces-amères, son style et ses sonorités reconnaissables entre tous. Le premier morceau que nous entendons dans Accords et désaccords est le When Day Is Done de Django Reinhardt, une composition de 1937.

Le film illustre une fois de plus la passion que Woody Allen voue au jazz, et qui trouve ses origines dans la clarinette de style New Orleans si chère à son coeur. Les bandes sonores de ses films précédents nous avaient donné à entendre Louis Armstrong, Ben Webster, Erroll Garner et bien d’autres. Cette fois, Woody et son directeur musical Dick Hyman nous proposent une riche sélection de disques d’époque ainsi que de nouvelles interprétations de Limehouse Blues, Sweet Georgia Brown, I’ll See You In My Dreams et Mystery Pacific par les guitaristes Howard Alden et Bucky Pizzarelli.

Django Reinhardt figure en bonne place dans cette B.O., avec ses enregistrements originaux d’Avalon et Liebestraum. Le violoniste Joe Venuti et le guitariste Eddie Lang sont représentés par After You’ve Gone, et l’on pourra aussi savourer des morceaux de Ted Lewis, Sidney Bechet, Red Nichols, Bix Beiderbecke, Bunny Berigan et Henry Busse, sans oublier le chef d’orchestre anglais Ambrose.

La musique contribue, de la première à la dernière image, à l’humour et à l’émotion du film. Le moment le plus touchant est peut-être celui où Emmet (Alden) joue en solo I’m Forever Blowing Bubbles pour séduire Hattie. Ce film n’est pas seulement imprégné de musique, il est habité par l’esprit du jazz...Ira Gitler

sisyphe

Messages : 175
Date d'inscription : 31/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Jazz et Littérature

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum